Chroniques

Si le cœur vous en dit

Dans cette rubrique, vous y trouverez mes coups de cœur littéraires, à déguster sans modération, si le cœur vous en dit…


Le temps arrêté - Richard Apté
Le temps arrêté – Richard Apté

Le temps arrêté, de Richard Apté – Editions Baker Street

Site de l’éditeur

À tous ceux qui pensent que La Recherche n’est qu’une fresque historique.
À tous ceux qui pensent que La Recherche n’est qu’une déambulation de snobinards oisifs,
je ne peux que leur recommander de se plonger dans Le Temps arrêté de Richard Apté que j’ai lu avec gourmandise, une gourmandise que l’on apprécie lorsqu’on y trouve la saveur que l’on n’espérait pas voir partagée par d’autres convives.

Dans ce livre, j’y ai découvert des correspondances avec la Peau de chagrin balzacienne, avec le Portrait de Dorian Gray wildien ou même avec les Mille et Une Nuits ; j’y ai aussi retrouvé le plaisir que j’avais eu en lisant Une Lecture de Roland Cailleux ; saurez-vous les ressentir aussi ?

Le sujet ? « La vie c’est la littérature » écrit Proust et ici la littérature c’est la vie !
À tous ceux qui se posent ces questions essentielles : qu’est-ce que la vie, la mort, l’éternité ? Ce livre est pour vous.

Enfin un livre qui fait du bien et qui vaut une dose de médicaments contre toutes les angoisses !

Alors, n’hésitez pas à vous administrer ce remède… si le cœur vous en dit !

C.W. 17/10/2019


Plaisirs d'amour, Jours d'amitié : De Marcel Proust et Reynaldo Hahn - Lorenza Foschini
Plaisirs d’amour, Jours d’amitié : De Marcel Proust et Reynaldo Hahn – Lorenza Foschini

Plaisirs d’amour, Jours d’amitié : De Marcel Proust et Reynaldo Hahn, de Lorenza Foschini – Edition des Busclats

Site de l’éditeur

« Le 14 novembre 1895, lors d’un repas offert par l’écrivain [Alphonse Daudet] , auquel assistent également Hahn, Edmond Goncourt, le poète François Coppée, l’écrivain Charles-Louis Philippe et le médecin Henri Vaquez …….. ».

Ainsi, deux écrivains l’un, Marcel Proust passé de l’ombre à la lumière, l’autre, Charles-Louis Philippe, passé injustement de la lumière à l’ombre se sont rencontrés. Peut-être serez-vous surpris de voir liés ces deux écrivains mais si vous connaissez l’admiration que je leur porte, vous me comprendrez (cf. Cheminements ProustiensChapitre Berry-Bourbonnais).

Voici donc un des secrets que j’ai découvert en lisant, haletant, ces Plaisirs d’amour, Jours d’amitié de Lorenza Foschini. L’auteure nous prend par la main et adresse après adresse met nos pas dans ceux de Marcel et Reynaldo à travers les soubresauts de leur passion-amitié devenue amitié-passion.

Ce plaisir de lecture était-il dû à mon récent séjour à Beg-Meil ? Je ne sais mais il est néanmoins si aisé d’imaginer le bonheur de nos deux « héros » dans ces paysages enchanteurs …

En nous faisant vivre presque jour par jour cette relation unique, Lorenza Foschini nous fait passer par toute une gamme d’émotions.

Cependant, pour que le plaisir du lecteur soit complet, je m’empresse de recommander d’écouter la chaude voix de Reynaldo parvenue jusqu’à nous grâce aux miracles de la technique !

Alors, n’hésitez pas à vous plonger dans ce beau « journal de voyage », si le cœur vous en dit !

C.W. 22/10/2019


Les voix narratives dans la Recherche du temps perdu - Marcel Nicolas Muller
Les voix narratives dans la Recherche du temps perdu – Marcel Nicolas Muller

Les voix narratives dans la Recherche du temps perdu, de Marcel Nicolas Muller – Editions Droz

Site de l’éditeur

Peu friand d’études et d’analyses « savantes » du roman proustien, ce n’est cependant pas sans intérêt que je me suis immergé dans ces Voix narratives dans La Recherche du Temps perdu, réédition d’un ouvrage paru en 1965.

Dégager toutes les facettes du « Je » proustien, tel est le but de cette étude.

Parfois ardu, parfois lumineux, j’y ai trouvé de belles remarques : « Proust est le Vermeer du monologue intérieur » (page 78) puis (page 155) « …l’ambition de Proust d’écrire un roman à tendances mystiques … ».

En résumé, ce livre mérite l’effort qu’il demande … si le cœur vous en dit !

C.W. 26/10/2019


Annie de Berck et Marie - Montreuil, de François Aman-Jean

Annie de Berck et Marie de Montreuil, de François Aman-Jean – Editions Buchet-Chastel

2019 a vu s’ouvrir l’exposition Les Derniers Impressionnistes, le temps de l’intimité dans différents musées de France (Évian, Quimper, etc.). Féru de peinture et particulièrement de la peinture de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, je n’aurais manqué cette exposition pour rien au monde.

Parmi les peintres exposés, Henri Le Sidaner m’intéressait pour être un artiste présent à trois reprises dans À la recherche du temps perdu.

Autour de ce peintre intimiste gravitaient de nombreux artistes parmi lesquels Armand Edmond Aman-Jean (1858-1936) connu sous le nom de Edmond Aman-Jean.

À la lecture du catalogue exhaustif de l’exposition complété par une bibliographie, je fus attiré par la mention d’un ouvrage écrit en 1963 par François Aman-Jean, fils du peintre, écrivain bien qu’il exerçât la profession de chirurgien.

François Aman-Jean publia, outre des ouvrages liés à sa profession, quelques livres de souvenirs. L’un deux attira particulièrement mon attention : Annie de Berck et Marie de Montreuil, paru chez Buchet-Chastel en 1963. La région de Berck et de Montreuil étant le berceau de ma famille maternelle, je m’empressai de me procurer un exemplaire du livre et à sa lecture je fus arrêté par un détail : l’auteur fait allusion à sa parenté avec le sculpteur Jean Dampt (1854-1945).

Intrigué par ce sculpteur dont j’avais déjà rencontré le nom lors de lectures de livres d’art, je découvris qu’il était né à Venarey-les-Laumes (Côte-d’Or). Ce nom éveilla immédiatement mon intérêt puisque les Laumes est le titre des héritiers de la famille Guermantes; ainsi voit-on apparaître dans À la Recherche du Temps Perdu le prince et la princesse des Laumes avant qu’ils ne deviennent duc et duchesse de Guermantes.

Proust connaissait-il le peintre Aman-Jean et le sculpteur Jean Dampt ? Aurait-il puisé le nom des Laumes chez eux ? Je l’ignore mais cela est suffisamment intrigant pour pousser un Proustien à des recherches plus approfondies …

C.W. 23/02/2020

Les commentaires sont fermés.